Page d'accueil | Plan du site | Contact   

Peuples et Montagnes du Mékong

S'informer Actualités Dons et Mécénat Chantiers Volontaires médicaux Autres Volontaires Voyages solidaires Vidéos Contact
Nos Missions médicales Handicap Témoignages Nous rejoindre

Mission médicale septembre 2013

Compte rendu du suivi médical de Septembre 2013.

Le Jeudi 5 Septembre 2013, le jeune qui souffre de problèmes cardiaques est vu a l’hôpital de OUDOMXAY par un médecin qui l’examine rapidement et nous délivre un document pour une intervention a VIENTIANE. TAR et moi rencontrons aussi la personne chargée de s’occuper du dossier à remettre au Ministère des Affaires Etrangère a VIENTIANE. Le dossier n a pas été transmis au Ministère de la Santé, ils engagent à le faire rapidement.

Le soir nous montons à BAN PAKEO ou SY LY qui a un problème au foie nous demande si l’association est entrée en contact avec la THAILANDE pour une opération. En effet cette éventualité avait été évoquée pour lui lors de la mission médicale d’AVRIL. Un diagnostic clair n’ayant pas été posé a ce moment là, je prends la décision qu’il vienne lui aussi à LUANG PRABANG.

Dans la soirée nous parlons aux parents de KOR de l’école des Sourds et Muets et de la nécessité que l’un d’eux ou tous les deux rencontrent sœur Marie Catherine. Apres discussion, ils décident de venir tous les deux…

Viennent donc à LUANG PRABANG, sept personnes : le jeune cardiaque et son père, la jeune KOR et ses parents, Mr JONGALY qui lui a un problème de testicules et le jeune qui a un problème au foie. Ils partiront le dimanche matin de BAN PAKEO pour arriver dans l’après midi à LUANG PRABANG et ils seront hébergés à la SABAIDEE GUESTHOUSE où le prix qui nous a été fait, défi toute concurrence, merci à Grand LY. L’argent du voyage aller a été remis au Chef du village avant notre départ de BAN PAKEO.


Dimanche 8 Septembre 2013, les villageois arrivent très tard car ils ont été coincés par un éboulement pendant six heures. Un repas leur est préparé à l’hôtel par petit LY. Fatigués ils se sont couchés rapidement.

Lundi 9 Septembre 2013 visite à l’ hôpital :

Le jeune cardiaque : le chirurgien qui doit le voir est absent. Un rendez vous est pris pour le soir a sa clinique [équivalent d un cabinet privé] pour une consultation. Le médecin diagnostique une communication inter-ventriculaire [CIV]. Pus simplement il s agit d’un trou dans le cœur. Cette pathologie nécessite une intervention. Le médecin dit être en relation avec deux associations : une luxembourgeoise LUXAMBOURG ADS [aide développement santé] qui opère a VIENTIANE et une française SANTE FRANCE LAOS qui opère en France. Il nous indique que le médecin de l association Luxembourgeoise est au Laos et qu’il va le joindre. Il se charge des démarches à faire.

Le docteur se montre très intéressé par notre association, il dit être prêt a prêter ses appareils lors de la prochaine mission médicale et propose d’y intervenir si il est disponible.

Depuis il a contacté le cardiologue luxembourgeois, lui a parlé du cas du jeune homme. Il propose de l’examiner lors de sa prochaine mission au Laos et il fera le point avec nous sur ce qu’il convient de faire. Lui aussi comme le médecin Lao est intéressé par l association. Il doit joindre notre président par mail prochainement.

KOR la jeune fille sourde et muette : elle est examinée à l hôpital lundi matin par un médecin qui indique que ses problèmes sont dus a une méningite qu’elle a contractée quand elle était petite. il pense qu’au cours de cette maladie le centre de l’audition et peut être celui de la parole ont été touchés. En effet avant sa méningite, KOR commençait à parler. Les appareils de l’hôpital ne sont pas assez précis pour déterminer son degré d’audition [nul ou partiel]. Le médecin dit qu’il faut aller à VIENTIANE pour des examens plus précis. En fin de matinée KOR et ses parents rencontrent sœur Marie Catherine à l’école des sourds et muets. Cette dernière leur explique le fonctionnement de l’école et leur dit que la petite peut être admise le soir même si les parents sont d accord ; ce qu’ils acceptent. La sœur nous informe du trousseau dont KOR à besoin et demande si possible que 25 euros soient versés à l établissement pour la scolarité. Le trousseau est acheté dans l’après-midi et à dix sept heures KOR entre dans l’établissement où elle est depuis. Ses parents sont restés deux jours chez leur fils qui fait ses études à LOUANG PRABANG pour s’assurer qu’elle s adaptait. Nous avons également pris régulièrement de ses nouvelles et l’avons vue à plusieurs reprises. Elle s’épanouit, se fait des copines et s adapte très bien.

Il est à noter que sœur Marie Catherine nous a informé qu’un médecin spécialisé de VIENTIANE viendra àl école en décembre pour faire des tests d audition et que KOR sera examinée.

La religieuse demande si l’association peut aider à payer les inscriptions en stage d’entreprise ainsi que le matériel pour six de leur pensionnaire.

Le médecin qui rencontre Monsieur JONGALY pose le diagnostic d une orchite testiculaire due à une complication des oreillons qu’il a eue adulte et qui a entrainée une atrophie d un testicule. Pour ce praticien, les difficultés que rencontre ce monsieur sont surtout dues au stress et à la pression qu’il se met. Le médecin prescrit des médicaments antidouleurs, anti-inflammatoires et anxiolytiques. Monsieur JONGALY n’est pas content du tout de la consultation car le médecin ne la pas « touché ». Il veut rencontrer un autre spécialiste car il est évident qu’il veut « guérir ». [Il est soutenu dans sa demande par petit LY et Bertrand mon neveu qui se sentent solidaires du problème]. TAR lui indique un spécialiste, un autre médecin conseillé par ses parents. Ce médecin est rencontré le lendemain à sa clinique. M JONGALY lui montre tous les examens et radios déjà faits à la clinique chinoise de OUDOMXAY, ce qu’il n’avait pas fait lors de la première visite à l hôpital. Ce troisième médecin confirme le diagnostic orchite et atrophie posé et par la clinique chinoise et le médecin rencontré à l hôpital. Pour lui aussi les problèmes que rencontre M JONGALY sont surtout d’ordre psychologique. Il prend beaucoup de temps à expliquer à ce monsieur sa pathologie. Il lui montre des images sur ordinateur, cherche à l’apaiser et à calmer son inquiétude. Nous demandons au médecin d’examiner. M JONGALY ce qui a été fait. Ce médecin ne demande pas d’honoraires car il confirme le précédent diagnostic.

M JONGALY semble apaisé après cette consultation mais un peu plus tard il déclare que ce médecin ne veut pas l’aider. Il est évident qu’il espère un miracle qui ne peut pas venir !

SY LY : le médecin qui le voit lui demande de quoi il souffre et SY LY lui dit qu’il tousse et qu’il a mal aux poumons. Le jeune homme est envoyé au service anti-tuberculose car une épidémie sévit sur le Laos. Il passe ensuite une échographie pour le foie et doit faire une prise de sang qui sera faite le jour suivant car il n est pas à jeun. Les résultat des examen sont prêts le mardi mais le médecin est en réunion .Le soir nous nous rendons trop tard en raison des obligation de TAR et c’est un chirurgien ami du père de TAR qui est consulté. Il pose le diagnostic d’hépato-carcinome cancer du foie particulièrement grave pour lequel il existe très peu de traitement surtout quand il est à ce stade. Il explique à SY LY que rien ne peut être fait pour lui et que si il souffre, il doit prendre les médicaments traditionnels antidouleur. En français, il nous explique que SY LY n’a plus que deux ou trois ans à vivre. Même si il n a pas été dit à SY LY qu il allait mourir, il semble avoir compris la gravité de son état.

Les différentes actions décrites dans ce texte ont été menées par Monique, Brigitte et toute l’équipe Lao de PEMM : TAR, Grand LY et petit LY. Qu’ils en soient remerciés.