Page d'accueil | Plan du site | Contact   

Peuples et Montagnes du Mékong

S'informer Actualités Dons et Mécénat Chantiers Volontaires médicaux Autres Volontaires Voyages solidaires Vidéos Contact
Nos Missions médicales Handicap Témoignages Nous rejoindre

Le jeune cardiaque SORPORLY avril 2013

Avril 2013
Parmi les examens effectués par les médecins, plusieurs cas graves ont été détectés. Certains ont fait l’objet de recommandations auprès de l’hôpital d’OUDOMXAI ; deux autres nécessitent la mise en place de stratégies particulières. Il s’agit de deux adolescents, dont l’un doit être opéré du cœur et l’autre doit faire l’objet de l’ablation de la rate. L’association doit poursuivre sa mission en continuant d’accompagner ces deux jeunes.

25 Aout 2013
Enfin, nous avons revu le jeune adolescent cardiaque et ses parents. Ses derniers sont d’accord pour l’opération en sachant que c’est l’association qui paiera. La procédure est la suivante : faire établir par l’Hôpital d’OUDOMXAI un bilan cardiaque de la situation de ce garçon et l’accompagner à VIENTIANE pour se faire opérer. Par précaution, lui aussi pourrait bénéficier d’un diagnostic effectué par les médecins de la clinique française. Toutes ces personnes pourraient se retrouver à OUDOMXAI à une date à convenir et pourraient être accompagnées par Monique et TAR ou LY (le petit). Reste à savoir quand est-ce que les chirurgiens français interviennent à VIENTIANE. Il est probable que l’opération devra attendre leur arrivée.

Le Jeudi 5 Septembre 2013
, le jeune qui souffre de problèmes cardiaques est vu a l’hôpital de OUDOMXAY par un médecin qui l’examine rapidement et nous délivre un document pour une intervention a VIENTIANE. TAR et moi rencontrons aussi la personne chargée de s’occuper du dossier à remettre au Ministère des Affaires Etrangère a VIENTIANE. Le dossier n a pas été transmis au Ministère de la Santé, ils engagent à le faire rapidement.

Lundi 9 Septembre 2013 visite à l’ hôpital :

Le jeune cardiaque : le chirurgien qui doit le voir est absent. Un rendez vous est pris pour le soir a sa clinique [équivalent d un cabinet privé] pour une consultation. Le médecin diagnostique une communication inter-ventriculaire [CIV]. Pus simplement il s agit d’un trou dans le cœur. Cette pathologie nécessite une intervention. Le médecin dit être en relation avec deux associations : une luxembourgeoise LUXAMBOURG ADS [aide développement santé] qui opère a VIENTIANE et une française SANTE FRANCE LAOS qui opère en France. Il nous indique que le médecin de l association Luxembourgeoise est au Laos et qu’il va le joindre. Il se charge des démarches à faire.

Le docteur se montre très intéressé par notre association, il dit être prêt a prêter ses appareils lors de la prochaine mission médicale et propose d’y intervenir si il est disponible.

Depuis il a contacté le cardiologue luxembourgeois, lui a parlé du cas du jeune homme. Il propose de l’examiner lors de sa prochaine mission au Laos et il fera le point avec nous sur ce qu’il convient de faire. Lui aussi comme le médecin Lao est intéressé par l association. Il doit joindre notre président par mail prochainement.

Compte-rendu de la mission médicale d'Avril 2013

du mardi 9 au mardi 23 avril 2O13

C’est la première fois que l’association initiait une mission médicale au Laos. C’est donc en néophyte que nous nous sommes lancés dans cette expérience dont il nous paraît important d’en tirer les enseignements.
Deux périodes assez distinctes semblent caractériser notre séjour : la première touche à notre méconnaissance de l’administration laotienne et la deuxième correspond aux prestations médicales réellement effectuées.
Lors du séjour en février 2013, Monique et Jean Michel avaient rencontré le Médecin responsable du dispensaire de BAN BENGLUANG dont dépend le village de BAN PAKEO et ce dernier avait été informé de notre désir d’intervention du mois d’avril. Ce monsieur avait souhaité que nous organisions une réunion de travail avec son service avant de commencer notre propre prestation. De plus, il se proposait de mettre à notre disposition une infirmière. A aucun moment, ce médecin a parlé de la nécessité d’engager d’autres formalités. De retour à LUANG PRABANG, Monique et Jean Michel ont souhaité effectuer la même démarche auprès du service de santé de cette dernière ville afin que nous puissions intervenir dans les villages de BAN JOK et de BAN HUAY PONG II. Malheureusement, le responsable du service était absent et le rendez-vous proposé se situait au delà de leur retour en France.
C’est donc Nathalie et Thierry qui arrivés plus tôt au Laos avait la tâche de reprendre contact avec les responsables du service de santé de LUANG PRABANG. Et c’est là qu’ils ont appris que notre démarche n’était pas conforme et que l’association aurait dû solliciter le Ministère des Affaires Etrangères du Laos, qui aurait transmis notre demande au Ministère de la Santé, qui aurait lui même sollicité ses propres services pour obtenir leur autorisation sur la faisabilité de notre mission.
Nathalie et Thierry se sont battus pendant toute une semaine pour essayer de faire fléchir nos interlocuteurs et trouver un compromis. Ils ont même sollicité certaines ONG sur place pour savoir si un partenariat ou un tutorat était possible. Ils se sont enfin rendus à OUDOMXAI pour vérifier ce qu’il était possible de faire.